Nos histoires vécues!

Répondre
314r
Messages : 225
Enregistré le : 13 avr. 2022, 21:50

Nos histoires vécues!

Message par 314r »

Intro:
j'avais fermé mon compte et mon nom d'utilisateur 3.14R mais je viens de me réinscrire sous 314r
J'ai changé, mais je suis le même ;)

Depuis un boutte que je pense à créer un post spécial sur le forum et bien je me lance.
_______

bon jour, bon soir ou bonne nuit,
dépendamment de l'heure à laquelle vous lisez ceci.

L'idée du sujet qui me trotte dans la tête c'est de rassembler des histoires des membres du forum qui n'écrivent pas ou très rarement, et bien sûr, les histoires des habitués(es) du clavier.

Histoires, témoignages et autres anecdotes de vie, les trucs spéciaux qui n'arrivent qu'à nous, les épreuves qu'ont a subis et dont nous sommes sortis, comme celles qu'ont traînent avec difficulté.

On y va comme ça vient. Quelques phrases ou plusieurs paragraphes, autant d'histoires qu'on veut, dans autant de messages que nécessaires. J'imagine que le sujet n'est pas un espace pour demander de l'aide mais pour Témoigner.

Pas de jugement et beaucoup de respect entre nous. On est qui on est pi c'est toute. On dit ce qui nous est arrivé pi c'est toute. Écrire ça fait du bien et lire ce qu'ont vécus des gens qui souffrent mentalement aussi.
Avec plus de 11150 membres on a de quoi prendre la parole.

Hâte de vous lire!
Pierre

p.s. : j'ai moi même quelques histoires à raconter
314r
Messages : 225
Enregistré le : 13 avr. 2022, 21:50

Re: Nos histoires vécues!

Message par 314r »

Ok, je commence, dans l'espoir de lire vos histoires.

Je vais raconter comme ça vient et sans trop relire ni corriger. Spontanéité comme quand on jase. J'écris ce qui me vient en tête mais avec l'idée de partager une partie de mon parcours.

Entre ma naissance et aujourd'hui j'ai ... changé et je vais continuer de le faire. Donc ce que j'ai vécu dans le passé reste là. Je réactualise pas le truc parce que je l'écris.
___

Je ne sais pas si vous avez des fois ce feeling là d'avoir vécu plus qu'une seule vie? J'ai cette impression là d'avoir plusieurs fragments qui, ensemble, font mon parcours. Et presque toujours, la fin d'un fragment de vie coincide avec un évenement majeur: accident, rupture, deuil, naissance, disparition d'un être cher etc... Comme si ma vie changeait complètement de bord.

Du plus loin que je me souviens j'ai été mis de côté par l'école et les gens en général. Ma mère était bien bipolaire à tendance dépressive mais elle a vécu deux bons high maniaques. Le premier a duré un bon gros deux ans. Sûrement pas pris ses médocs la mama. Elle était devenue antiquaire et il y avait des meubles en bois recouvert de bâches en plastique partout dans la cour et sur le terrain d'en avant. Elle s'en faisait voler toutes les semaines. Je devais avoir dans les 7 ou 8 ans et je devais couver la maladie, haha. Mon père rongeait son frein et des chicanes ont éclatés plusieurs fois dans la cabane. Mais bon, j'avais rien à dire.

Je parlais très peu et ne connaissais pas beaucoup de mots, on ne m,avait pas vraiment appris à parler. Probablement que c'était ça qui m,avait fait défaut à la petite école. Bref, en cinquième année on m'a retiré des classes régulières pour me placer dans un groupe de délinquants. Allo? Des troubles et de la misère durant bien des années avant de sortir de là. C'est plûtot là que la délinquance a commencée pour se terminer cinq ans plus tard grâce à la vague hippies qui balayait le Québec.

Je n'ai pas été scolarisé avant l'âge de 25 ans, formation aux adultes. Donc tout ce temps, j'utilisais les mots que j'entendais avec une intuition de ce que je pensais qu'ils voulaient dire. Les réactions de gens me disaient bien que j'étais mal compris. Des problèmes parce que ce que les gens comprenaient n'était pas ce que je pensais dire. L'utilisation d'un dictionnaire à 25 ans a été un choc monumental. J'ai pris conscience que je connaissais pas du tout les significations des mots et je capotais solide de voir à quel point j'étais dans le champs. On pouvait bien me trouver bizarre.

Après quelques mois à paranoier ma vie, j'ai commencé à prendre du plaisir à chercher le sens des mots. Depuis presque 40 ans maintenant je pioche dans le dictionnaire. Rarement depuis quelques années, mais je cherche encore des nuances à travers les synonymes. Tout n,est pas noir ou blanc.

Mais la blessure de la communication avec les autres est encore là. Mon parler est problématique, plus qu'à l'écris mettons. On dirait que plus je parle moins on me comprends. Alors je me suis isolé et refermé. Je dis bonjour, salut, comment ça va mais je jase rarement avec les autres. Je me sens bien trop différent. Jeune, j'étais silencieux parce que je connaissais pas assez de mots et là, je garde le silence parce que j'en utilise trop? Et surement pas comme il faut.

Si j'avais pas été à l'école à 25 ans et que je ne m'étais pas mis en tête d'apprendre le sens des mots je n'aurais pas un si bon moral. L'écriture est LE moyen que j'utilise le plus pour garder le moral. Et je pratique toujours une activité de bricolage ou une autre. Dessin, peinture, sculpture. Des arts visuels la plupart de temps. Et des fois de la poésie.

Et vous, une partie de votre parcours ressemble à quoi?
314r
Messages : 225
Enregistré le : 13 avr. 2022, 21:50

Re: Nos histoires vécues!

Message par 314r »

En attendant de lire vos histoires j'en ajoute une des miennes?
___

On recule 25 ans avant mon diagnostique, soit vers la fin des années 1980 (ouch)!

Je vivais dans un logement très bruyant que je louais. J'étais dans une période durant laquelle j'essayais d'apprendre à dessiner et je prenais ça au sérieux mais le bruit qu'il y avait dans ce logement-là... l'enfer pour moi à cette époque. Je n'arrivais juste pas à me concentrer pour dessiner. Parfois, la nuit je dessinais, mais c'était pas une vie.

Le logement donnait accès à la moitié du sous-sol de la maison (un triplex).

La cave était en béton et j'y ai contruit une pièce pour dessiner mais attention, pas n'importe quoi. Et pas n'importe comment. La pièce mesurait autour des 2 mètres par 3 (un débarras) Elle était faite selon les normes de la construction, j'avais isolé les murs avec de la laine isolante contre les sons, j'avais construit un plancher isolé du froid et un plafond suspendu doublement isolé contre les bruits. Une porte à l'épreuve du son bloquait ce minuscule espace, c'était hermétique. Mais quand je fermais la porte, il manquait d'air pour respirer en quelques minutes. J'ai donc installé un ventilateur connecté à un tuyau dans une fenêtre qui donnait sur la ruelle. Du gros gros bidouillage. Le ventilateur en était un de salle de bain, silencieux mais quand même, il était bruyant, moi qui voulait le silence.

La table à dessin, contruite en même temps que ce "garde-robe" faisait un L et une seul chaise pouvait servir de meuble. Une vraie joke. Le pire c'est que tout ça a couté cher en matériaux de construction:
des 2x4 et des clous et des vis,
de la laine isolante,
du bois de finition pour l'intérieur et l'extérieur,
porte, pentures et poigné,
du contreplaqué pour le plancher et pour la table à dessin,
éclairage et ventilateur + tuyau,
filage électrique,

non mais j'ai construit une mini pièce qui m'a couté cher en quelques jours de 16h d'ouvrage par jour, j'étais frénétique et motivé là.

Mais une fois installé pour dessiner, les vibrations sourdes des gens qui piochent sur les planchers et la vibration des basses dans la musique et les bruits de plomberie, de balayeuse et bien tout ça traversaient quand même mon cocon et je ne réussissais pas plus à obtenir le silence.

Après quelques mois sans l'utiliser, j'ai tout démoli et j'ai sorti les matériaux aux vidanges. Regards en biais des gens du quartier qui m'ont vu aller le temps que "je bâtissais" et le temps où "je détruisais". Haha

Ben l'idée qui me reste de ça c'est que ma blonde de l'époque m'a demandé un moment donné si j'étais pas maniaco-dépressif comme ma mère, par hasard? J'ai laissé dire, j'ai pas relevé le truc, mais aujourd'hui je vois bien qu'à l'occasion, dans mon passé, j'ai eu des comportements intenses bien avant mon diagnostique.
___

J'aimerais ça lire de vos anecdotes de vie, laissez vous écrire :D
Répondre